Blog du voyage au Togo de Chantal Kloecker (nov.-déc 2018)

Lettre aux amis N°3

Finalement, après avoir fait le point sur mes activités épistolaires,  je me rends compte que j'ai beaucoup plus parlé des problèmes du Togo que des solutions.

Voilà pourtant presque 10 ans que nous travaillons à ces dernières!

Nous = notre association togolaise ADICH, l' ONG allemande LHL ...et moi.

Alors, j'aimerais vous faire une rétrospective de nos actions en prenant des exemples concrets. 

Lorsque je suis au Togo, j'habite au sein d'une famille en ville, à Atakpame. (Arnaud et plusieurs d'entre vous, allez reconnaître la maison, mais le cocotier que Bruno escaladait pieds nus pour nous lancer les énormes noix de coco a disparu!).

Toutes les générations y sont représentées et tout le monde évolue dans ses appartements autour d'une cour centrale animée: les températures étant clémentes, les femmes cuisinent dehors ou sous un auvent, les hommes sont plutôt du style contemplatif, une fois rentrés du travail...

Il y a du linge étendu sur la terrasse et c'est joli. 

Il y a plein d'enfants qui se roulent dans la poussière, 

Il y a un chien (Marin),couvert de gale,

Il y a aussi un chat blanc, miniature, comme tous les chats d'ici, 

des poules, des lézards multicolores 

et un puits, comme celui du petit Prince, moins la poulie...

C'est vraiment le sud! Il ne manque rien!

Les enfants sont partout, les doudous commencent maintenant à explorer la cour dans leurs youpalas... Ils sont très mignons, c'est fou d'avoir trois bébés d'un coup à embrasser!

Bernadette et Véronique avec les 3 doudous Orilia, Orli et Oria

Ici, on ne souffre pas de la faim, mais le quotidien n'en est pas moins compliqué pour autant. Comme les femmes sont courageuses et qu'elles sont des battantes, nous leur avons accordé,ainsi qu'à une dizaine de voisines, un microcrédit dans le cadre de notre projet Elagnon. Chacune a ainsi pu équiper son petit commerce: la coiffeuse peut acheter de meilleurs produits et augmente sa clientèle, la boutique d'une autre est mieux achalandée et attire de nouveaux clients, la vendeuse de beignets n'achète plus ses matières premières à crédit et émerge peu à peu de ses dettes, une autre femme a ouvert un nouveau petit commerce, certaines peuvent assez améliorer leurs revenus pour régler les frais d'écolage et de soins des enfants... 

Ce microcrédit n'a pas engendré de millionnaires bien sûr, mais améliore le quotidien de la famille. 

Lorsque les remboursements au modeste taux de 5% se font régulièrement, le microcrédit est accordé encore 2 fois au maximum au même groupement. Après, on change de groupement et la file d'attente est longue! Chaque microcrédit court sur 10 mois.

En plus dans la formation préalable des femmes, nous avons intégré  une cotisation obligatoire régulière qui est remise dans son intégralité à chaque femme au bout de l'année. Chaque groupement a SON compte en banque, sa présidente, sa secrétaire, sa trésorière et est astreint à se réunir périodiquement...et malheur aux retardataires et aux absentes, punies d'une amende!

Là,  je dois vraiment féliciter mes partenaires qui encadrent nos 16 microcrédits depuis 5 ans sans faille! C'est assez rare pour le signaler. Ces microcrédits sont les fondations de notre nouveau projet, ils me font penser à la modeste huile qui oint tout le moteur et le fait fonctionner.

Beauty, alias Tata B, m'a rendu visite aujourd'hui. Elle a été notre chefe du projet Elagnon qu'elle a mené tambour battant. Elle pense également que les femmes sont un puissant levier de croissance, dont les compétences n'ont jusqu'à maintenant pas été assez exploitées: pourtant, sans leur labeur, leur obstination et leur courage, la société serait dans un bien piètre état! Aussi voulons- nous leur offrir leur chance pour qu'elles puissent être celles par qui le progrès passera. 

Nous y travaillons dur aussi au niveau de notre ONG allemande.

Demain aura lieu une rencontre importante avec le tout nouveau directoire de notre association partenaire. 

Pour l'instant,  j'essaie de rafraîchir ma chambre avec le ventilateur poussé au maximum, mais je subodore que la nuit va être tropicale: lourde et étouffante... 

Je joins des photos de la cour et surtout celles des doudous. La maman Véronique est à droite, sa soeur aînée Bernadette et de gauche à droite: Orli, Oria et Orilia

 

Lettre aux amis n°4

Être ou ne pas être

Hier a eu lieu le 1er contact avec le nouveau directoire de notre association togolaise ADICH ( Association pour le Développement Intégral de la Communauté Houdou).  Ici, on appelle cela le BE, ce qui signifie " BUREAU EXÉCUTIF ".

De l'ancien BE ne reste qu'un membre, qui était conseiller et est désormais président élu d'Adich.

Les nouveaux- venus sont nettement moins âgés que les anciens et nous attendons beaucoup de ce renouvellement des cadres: tout d'abord continuer et parachever les projets en cours et en mettre de nouveaux en route.

Le nouveau BE est composé de 2 femmes et 5 hommes, et s'y ajouteront bientôt 3 conseillers choisis par le président. Je suis personnellement ravie que le directoire se soit enfin féminisé! 

Au cours de la rencontre, le nouveau secrétaire a soulevé une question qui m'a beaucoup intéressée. Il s'agit de la situation de nombreuses personnes des zones rurales dont la naissance n'a pas été enregistrée et qui ne possèdent donc pas d'acte de naissance. Je n'avais pas encore bien réalisé ce que cela signifiait pour ces personnes qui  "ne sont pas"...

Sans acte de naissance, rien n'est possible pour améliorer sa situation personnelle  on ne peut pas être inscrit à l'école, ni recevoir une formation, ni réclamer son droit, ni avoir une petite protection-maladie, ni ouvrir un compte en banque pour bénéficier d'un microcrédit... et cette liste n'est pas exhaustive!

Ces personnes qui n'existent pas officiellement sont essentiellement des femmes, vivant surtout dans les villages, généralement largement sous le seuil de pauvreté. N'ayant pas été scolarisées, elles ne parlent pas le français et ne sont pas au courant de leurs droits, qu'elles seraient de toute façon bien incapables de faire valoir...

Il arrive souvent par exemple qu'une femme accidentée ou dont l'accouchement s'annonce mal et n'ayant ni argent, ni carte de sécurité soit refusée par l'hôpital. Ici, les rares docteurs ne se déplacent pas dans les villages, ils savent que de toute façon ces malades ne pourront se payer les médicaments et les soins onéreux dont ils ont besoin. Alors les décès sont fréquents aux portes mêmes de l'hôpital ou au fond d'une case au village.

Le secrétaire m'a expliqué que l'état essayait de pallier cette situation en organisant des campagnes de régularisation de telles situations. Mais il y a encore fort à faire dans cette voie!

Or, ce sujet de la généralisation de l'inscription à l'état civil est aussi depuis longtemps un des chevaux de bataille de notre organisation. Adich bat régulièrement la campagne pour inciter les parents à déclarer au moins leurs enfants, et nous souhaitons poursuivre nos efforts.

À notre modeste niveau, nous souhaitons assurer les soins médicaux de base aux personnes qui donnent leur temps et leurs forces à notre projet de centre agricole EFIDO dont je vous ai parlé dans la saison 1. Pour cela, j'ai entamé des pourparlers avec l'association allemandeAction Medeor, die Apotheke für die Welt. Par un heureux hasard du calendrier, nous pourrons rencontrer son  représentant dans quelques jours, ici même. Action Medeor récupère des médicaments auprès des laboratpires et en fait don à  ceux qui en ont le plus besoin. Comme nous ne concevons que des projets vraiment collaboratifs, Adich se chargera de trouver un infirmier qui viendra une fois par semaine assurer les soins de base et la sensibilisation à la sante (VIH, hygiène corporelle, prévention du palludisme..).  Nous souhaitons aussi que ces soins bénéficient aux enfants de ces personnes si engagées. Nous espérons que l'entrevue avec Action Medeor répondra à notre attente.

Mais avoir un acte de naissance pour obtenir les papiers officiels ne sert pas à grand chose si... on ne sait pas lire!

Aussi Adich organise-t-elle des cours d'alphabétisation qui s'adressent à tous, mais sont à 90 % fréquentés par les femmes, environ 150 en ce moment. Là,  les participants apprennent à lire, à écrire, à calculer et, cerise sur le gâteau, à parler français, les manuels étant tous rédigés dans la langue d'Hugo ( pourquoi toujours Molière?)

J'ai le souvenir inoubliable d'un très vieil homme au village de Kpodji qui réalisait enfin son rêve: il allait enfin apprendre à lire et à écrire !

J'ai une autre histoire à vous raconter: celle d'une femme de Gbecon qui avait demandé un rendez-vous dans une administration; arrêtée par le planton de service qui, sur un ton goguenard, lui a  intimé l'ordre  de mettre une croix pour signer, elle a pris le stylo et de sa plus belle écriture, a signé, et a rendu le formulaire en disant:" Non, mais tu sais, je sais écrire, moi aussi!". Cette femme a appris à lire, écrire et calculer (hé oui!) dans un de nos cours.

Encore un souvenir: celui de Victorine, elle a mon âge et un jour, elle m'a montré sa carte d'identité et un certificat d'alphabétisation. Elle était terriblement gênée et honteuse de me le présenter, car, me confia-t-elle, elle avait appris à lire à 45 ans! J'étais stupéfaite qu'une personne ait pu parvenir à faire cela ( Ne nous a-t-on pas inculqué que 6 ans était l'âge de la lecture?). Je lui ai demandé de lire quelque chose et elle a lu un paragraphe de mon livre...Je n'en revenais pas! Alors, elle m' a montré qu'elle savait aussi écrire! Et czlculer! Elle était aussi étonnée de ma réaction admirative que moi de sa confidence et je l'ai complimentée sans réserve. Elle a terminé, hors d'haleine et folle de joie, en lisant à haute voix mon passeport.  Depuis, elle est devenue une motivatrice et "passeuse". Elle clame comment elle a appris à écrire et à lire ( non, pas avec Adich!... 0n ne peut être partout à la fois!) mais avec la mission protestante. Puis elle termine en priant lassrblee de lui dicter une addition, qu'elle calcule wur le papier et font elke proclame le resultat devant l'assista.ce enthousiaste, ayant constaté qu'ils avaient le même résultat sur leur portable!

Allez, un dernier récit: cette femme de Gbecon dont les enfants avaient arrêté de se moquer de son analphabétisme, car elle était désormais à même d'aider les plus jeunes à faire leurs devoirs.

De tels souvenirs laissent en moi des traces indélébiles qui me confirment dans le bien-fondé de nos actions.

Pour terminer, une question sur laquelle vous allez plancher jusqu'à demain: 

Que sont ces OVNI survolant quotidiennement la ville dans un sens le matin, et dans l'autre le soir? Ils sont des milliers et leur passage dure environ 20 minutes!! Les abonnés de whatsapp auront l'avantage d'en voir la vidéo. 

 

 

 

 

 

Lettre n°5

Bravo, certains d'entre vous l'ont deviné en regardant la photo ou le petit film (Isabelle, le supplice va prendre fin...): il s'agit d'une sorte de chauves-souris qui passent la journée à Atakpamé, accrochées en grosses grappes noires frémissantes avec une prédilection pour les tecks, peut-être parce qu'ils sont les derniers géants. La tête en bas, bien sûr, et ce la journée entière, elles dorment. De temps en temps, l'une d'elles change de branche et doit se faire une place, dérangeant toute la ligne qui se resserre en ondulant.

Ces chauve-souris sont fructivores et ont une envergure d'environ 40 cm. Elles sont grégaires et partent toutes à la tombée de la nuit chercher de la nourriture en direction du Ghana voisin, ce qui provoque cette incroyable et interminable transhumance. Le matin, elles reviennent... ce sont des voisines calmes, certains les chassent à l'arc et les vendent au bord de la route, Arnaud n'a certainement pas oublié les deux gamins qui auraient tellement voulu nous vendre leur prise, car ici tout ce qui est protéines se mange.

La disparition de la forêt tropicale que les plus de 60 ans se rappellent encore bien, date d'il y a environ 30 ans et il ne reste plus grand chose de sa splendeur passée ! D'aucuns racontent qu'un éléphant a autrefois été tué au bord du ruisseau qui traverse la ville et que les plus courageux allaient à la chasse au lion, que l'on  pouvait marcher d'un village à l'autre sous le couvert des arbres sans jamais marcher au soleil et que de mémoire de Togolais il n'a fait une telle chaleur. 

Avec les derniers arbres s'en sont allés les singes, les oiseaux chatoyants et toute la biodiversité sylvestre. La savane a remplacé la forêt! 

C'est pourquoi le contenu des assiettes a dû, comme les hommes, s'adapter et il a fallu remplacer la viande par des sauces très relevées contenant quelques petits cubes de viande ou de minuscules poissons séchés.

On ne souffre pas ( encore?) de famine ici, mais d'une grave malnutrition.

Cette dernière se manifeste très tôt, par exemple sous forme d'inattention et de manque de concentration en classe, ce qui grève déjà les résultats futurs.

Pour pallier cette situation dramatique, Adich a d'une part planté des milliers d'arbres partout: dans les villages, dans les champs, au milieu des cultures, chez les particuliers et bien sûr dans les écoles avec l'opération très réussie " Un enfant, un arbre". 

Au début de mon engagement, j'étais sûre qu'on allait recréer la forêt, mais j'ai dû vite déchanter: les feux de brousse, les abattages sauvages, la sécheresse ont eu raison d'une partie de nos efforts, mais l'opération reboisement est quand même une réussite... mais reconstituer la forêt originelle restera un voeu pieux et un rêve irréalisable ! En réunissant même les meilleures conditions, en réintroduisant mousses, insectes, espèces végétales....il faudrait des siècles pour retrouver la splendeur passée!

Alors, il faut revoir mes espoirs à la baisse! Aussi suis-je heureuse que nous ayons deux enseignantes dans le nouveau BE avec lesquelles nous pourrons encore faire de belles choses avec les élèves.

D'autre part, nous avons initié le projet EFIDO, qui est un centre agricole à vocation pédagogique. Je vous en ai déjà parlé dans la saison 1, mais je répète pour ceux qui n'ont pas écouté ou qui ont pris le train en route (plus de 40 ans de carrière ne peuvent pas s'effacer en quelques mois!).

   Là,  Adich montre comment fabriquer un bon compost en un court laps de temps, ainsi qu'un insecticide bio bon marché. 

Dans le champ de 1,5 ha on pratique exclusivement la culture biodynamique et nous voulons démontrer qu'elle n'a que des avantages: 

-- de grosses économies de produits chimiques (engrais, insecticides, pesticides...), 

-- une haute qualité nutritive des légumes et céréales produits,

-- un prix de vente plus élevé car le bio a la côte ici aussi,

-- assez d'argent pour acheter de vraies semences sélectionnées...

Nous aimerions aussi innover en matière d'élevage et de plantes médicinales. EFIDO n'en est encore qu'à ses débuts, mais le travail déjà effectué commence à porter ses fruits, malgré les aléas climatiques qui se font ressentir ici aussi.

Voilà pour aujourd'hui ! Ici, c'est aussi le 1er dimanche de l'Avent, les Allemands sortent leur couronne avec les 4 bougies et bientôt le calendrier avec les 24 petites portes qui séduisent petits et grands; et en France? Tout cela me semble bien loin vu d'ici...Ici il va y avoir une procession sous un soleil impitoyable, et une séance d'adoration et de prières à l'église. J'en serai et je filmerai!

Quelques photos et, pour les plus chanceux, de petites vidéos, pour partager avec vous la joie et la ferveur qui ont animé la cérémonie d'hier. Béatrice m'a fait remarquer que ce n'était pas le 1er Avent. C'est exact, je me suis renseignée: il s'agissait en effet de la célébration du Christ Roi. 

Il y a d'abord eu une procession, puis une messe sur le parvis de l'église. Les gens, en grande partie des femmes, ont écouté les sermons et prières d'usage, et dès que la musique reprenait, la ferveur, proche parfois de la transe, animait les fidèles et s'exprimait en cantiques et chants entonnés avec entrain et une foi profonde. C'est si contagieux qu'à la fin, je dansais moi aussi!

Ce matin, nous avons retrouvé le groupement des jeunes d'Alavagnon, appelé Novignon. Vous les connaissez déjà un peu: ce sont ces jeunes hommes qui allaient autrefois chaque année passer quelques mois d'esclavage au Nigeria pour en rapporter tout juste de quoi s'acheter une moto et faire zemidian (taxi- moto). 

Vous pensez que j'exagère en utilisant le mot "esclavage"? Je vous passerai les détails, car même eux ne veulent pas tout raconter...

Nous les avons fait bénéficier d'un microcrédit qui leur a permis de rester au village et ils en sont heureux! 

Ils ont aussi amélioré leur niveau de vie, mais leurs besoins en matériel de base ( non! Pas une moissonneuse-batteuse, mais... des arrosoirs, des gants de travail et des tuyauxd'arrosage!), en semences sélectionnées et en bétail sont criants. Comme la plupart des paysans, ils sont pauvres et le resteront tant que la politique des prix ne changera pas en leur faveur: tant que l'Europe enverra au Togo des abats de poulets surgelés moins chers que les délicieux "poulets bicyclettes" togolais (ça s'appelle des "excédents" chez nous et ce sont les tristes résultats de l'insensée Politique Agricole Commune) ou que les Chinois inonderont le marché local de tilapias, les poissons traditionnels d'ici, mais beaucoup moins chers, quelles chances ont les agriculteurs togolais de vendre leurs produits à un prix décent?

L'exploitation de l'homme par l'homme est une activité universelle, sans limites et exonérée de tout impôt... 

Pour remercier le groupement, nous avons apporté aux jeunes une poule et ses poussins, ainsi que deux arbustes. Nous avons aussi promis de revenir bientôt danser avec la doyenne des prêtresses vaudou, comme elle et moi nous le sommes promis en juillet.

Nous avons aussi rencontré Pascaline, une formatrice de la GIZ allemande, la branche technique du ministère de la coopération allemand. Elle nous a donné des conseils utiles, par exemple cultiver en décalé afin de vendre plus cher, chercher des "niches" afin de vendre différemment des autres et mieux planifier notre travail. EFIDO aura certainement besoin de l'appui technique de la GIZ pour progresser plus vite.

Demain, je vais à Lomé car un des fils de la maison va être ordonné prêtre fin décembre et quittera demain définitivement l'Afrique du Sud où il vient de terminer sa formation de missionnaire. Nous allons le chercher à l'aéroport. Ses parents et le reste de sa famille l'attendent impatiemment car ils ne se sont pas vus depuis...4 ans! 

 

 

Lettre n°7

Quelques photos et, pour les plus chanceux, de petites vidéos, pour partager avec vous la joie et la ferveur qui ont animé la cérémonie d'hier. Béatrice m'a fait remarquer que ce n'était pas le 1er Avent. C'est exact, je me suis renseignée: il s'agissait en effet de la célébration du Christ Roi. 

Il y a d'abord eu une procession, puis une messe sur le parvis de l'église. Les gens, en grande partie des femmes, ont écouté les sermons et prières d'usage, et dès que la musique reprenait, la ferveur, proche parfois de la transe, animait les fidèles et s'exprimait en cantiques et chants entonnés avec entrain et une foi profonde. C'est si contagieux qu'à la fin, je dansais moi aussi!

Ce matin, nous avons retrouvé le groupement des jeunes d'Alavagnon, appelé Novignon. Vous les connaissez déjà un peu: ce sont ces jeunes hommes qui allaient autrefois chaque année passer quelques mois d'esclavage au Nigeria pour en rapporter tout juste de quoi s'acheter une moto et faire zemidian (taxi- moto). 

Vous pensez que j'exagère en utilisant le mot "esclavage"? Je vous passerai les détails, car même eux ne veulent pas tout raconter...

Nous les avons fait bénéficier d'un microcrédit qui leur a permis de rester au village et ils en sont heureux! 

Ils ont aussi amélioré leur niveau de vie, mais leurs besoins en matériel de base ( non! Pas une moissonneuse-batteuse, mais... des arrosoirs, des gants de travail et des tuyauxd'arrosage!), en semences sélectionnées et en bétail sont criants. Comme la plupart des paysans, ils sont pauvres et le resteront tant que la politique des prix ne changera pas en leur faveur: tant que l'Europe enverra au Togo des abats de poulets surgelés moins chers que les délicieux "poulets bicyclettes" togolais (ça s'appelle des "excédents" chez nous et ce sont les tristes résultats de l'insensée Politique Agricole Commune) ou que les Chinois inonderont le marché local de tilapias, les poissons traditionnels d'ici, mais beaucoup moins chers, quelles chances ont les agriculteurs togolais de vendre leurs produits à un prix décent?

L'exploitation de l'homme par l'homme est une activité universelle, sans limites et exonérée de tout impôt... 

Pour remercier le groupement, nous avons apporté aux jeunes une poule et ses poussins, ainsi que deux arbustes. Nous avons aussi promis de revenir bientôt danser avec la doyenne des prêtresses vaudou, comme elle et moi nous le sommes promis en juillet.

Nous avons aussi rencontré Pascaline, une formatrice de la GIZ allemande, la branche technique du ministère de la coopération allemand. Elle nous a donné des conseils utiles, par exemple cultiver en décalé afin de vendre plus cher, chercher des "niches" afin de vendre différemment des autres et mieux planifier notre travail. EFIDO aura certainement besoin de l'appui technique de la GIZ pour progresser plus vite.

Demain, je vais à Lomé car un des fils de la maison va être ordonné prêtre fin décembre et quittera demain définitivement l'Afrique du Sud où il vient de terminer sa formation de missionnaire. Nous allons le chercher à l'aéroport. Ses parents et le reste de sa famille l'attendent impatiemment car ils ne se sont pas vus depuis...4 ans! 

Pays 
Domaines de travail